Le groupe Bodemer (22) : la qualité au coeur de la démarche RSE. PDF Imprimer Envoyer
Écrit par LE GAL   
Mercredi, 07 Décembre 2011 09:24

Engagé dès 2006 dans la formalisation d’une démarche de responsabilité sociétale sur la base de son système de management qualité, le groupe Bodemer dont le siège est situé à Plérin (22) s’est soumis en décembre 2010 à l’évaluation AFAQ 26000. Les conclusions sont sans appel ! Une démarche RSE doit s’accompagner d’une stratégie de communication. Entretien avec Delphine De Bel Air, responsable efficacité du management du groupe.

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots le groupe Bodemer ?

Le groupe Bodemer est une entreprise familiale dont l’activité est la distribution et la réparation automobile. Nous disposons d’un réseau de 18 concessions et 2 agences (Renault / Dacia / Nissan) réparties en Bretagne et en Normandie. Le groupe emploie aujourd’hui 970 collaborateurs et réalise un chiffre d’affaires de 345 millions d’euros (12/2010).

Pour quelles raisons le groupe Bodemer s’est-il engagé dans une démarche structurée de Responsabilité Sociétale d’Entreprise ?

Le groupe est très attaché à la notion de respect de ses partenaires qu’ils soient clients, salariés ou fournisseurs. Au travers de cette valeur qui constitue le socle de notre identité d’entreprise, la direction a souhaité mettre en place une organisation qui permette de concilier à la fois l’exigence de qualité, l’efficacité économique, le développement humain et la protection de l’environnement. Notre démarche RSE correspond à notre volonté de rendre visible et concrète ces engagements qui s’inscrivent de fait dans une approche de développement durable en dehors de toutes considérations strictement « écologistes ».

De quelle manière avez-vous structuré votre démarche RSE ?

Nous l’avons structurée de manière progressive, à partir de notre système qualité que nous avons mis en place dès 1994. Cette démarche qualité est historiquement très structurante pour le groupe puisqu’elle constitue la base et l’ossature de notre organisation. A partir de 2006, nous avons intégré successivement à notre système de management qualité les questions d’’hygiène, de santé et de sécurité au travail, d’environnement et la gestion des ressources humaines. Ce cheminement nous a permis d’élaborer pas à pas notre  démarche globale de Responsabilité Sociétale d’Entreprise.

Ce qui signifie que vous avez construit votre démarche avant même la parution de la norme ISO 26000 !

Absolument. Nous avons été précurseurs en construisant notre démarche RSE à partir des outils dont nous disposions dans notre système de management. Lorsque le référentiel ISO 26000 a été publié en 2010 nous avons souhaité valider nos engagements et faire émerger nos points de progrès. Cette démarche très volontariste n’a pu se faire que grâce à une impulsion forte de la Direction. Chez nous, Alain Daher, président Directeur Général de Bodemer sa, est impliqué depuis de nombreuses années.

 

"Nous avons par ailleurs de gros efforts à fournir pour impliquer nos parties prenantes, tant en interne qu’en externe, à la construction de notre politique"

 

Quels ont été les résultats de cette évaluation AFAQ 26000 ?

Nous avons obtenu un niveau d’engagement de 2 sur (4 possibles) avec 304 points sur 1000. L’intérêt de l’évaluation réside dans l’identification des points de progrès que nous devons mettre en œuvre. Je vous rappelle que la démarche RSE s’inscrit dans une logique d’amélioration continue. Sur le plan économique et social nous disposons d’un niveau de maturité satisfaisant.  Par contre dans le domaine environnemental nous devons renforcer notre pilotage en enrichissant notre référentiel d’indicateurs. Nous avons par ailleurs de gros efforts à fournir pour impliquer nos parties prenantes, tant en interne qu’en externe, à la construction de notre politique. Nous devons structurer de manière plus formelle notre communication RSE.

Quels sont les apports de votre démarche RSE ?

Cette démarche invite le manager à sortir la tête du guidon et  du réflexe purement économique : « combien j’ai vendu, combien ça m’a remporté ». Nous travaillons sur la prise en compte de l’élargissement de leur réflexion, en les incitant à se préoccuper de sujets tout aussi importants, qui  ont des impacts à  plus long terme C’est une conception que les managers ont beaucoup de mal à appréhender en particulier dans le  contexte économique tendu actuel.

Vos clients sont-ils sensibles à votre  démarche ?

Les clients qui nous interrogent de plus en plus sur les performances environnementales des véhicules dont ils souhaitent faire l’acquisition (consommations, émission de GES, filières de recyclage…) manifestent peu d’attention à l’égard de notre démarche RSE, excepté nos clients grands comptes qui nous interrogent systématiquement, à travers les dossiers d’appel d’offre, sur notre politique développement durable.

Et les salariés ?

Je crois que nous devons faire des efforts de pédagogie pour faire accepter cette approche  trop souvent perçue comme une contrainte et dont la finalité n’est pas perceptible. C’est d’ailleurs ce que les conclusions de l’évaluation ISO 26000 nous invitent à faire : structurer de manière plus formelle notre communication RSE envers toutes les parties prenantes, internes comme externes.

Site internet du groupe Bodemer

 

Le blog de la RSE en Bretagne est administré par l'entreprise de services Ligos. Tous les droits de reproduction sont réservés


blog comments powered by Disqus
 
mobile-website-templates | Microsoft Exchange