Climat Mundi au coeur des stratégies carbone des entreprises PDF Imprimer Envoyer
Écrit par LE GAL   
Lundi, 02 Janvier 2012 09:36

Leader français du bilan carbone, Climat Mundi est une société spécialisée dans les stratégies carbone. Au lendemain de la conférence de Durban sur le changement climatique, David Brehon, responsable de l’antenne Nantaise de Climat Mundi présente les mécanismes liés « aux stratégies carbone », l’un des piliers de la Responsabilité Sociétale de l’Entreprise.

Pouvez-vous nous présenter Climat Mundi en quelques mots ?

La société Climat Mundi est positionnée sur un double marché, celui du bilan carbone dont elle est l’un des leaders en France et celui de la compensation carbone qui constitue le cœur « originel » de sa création. Notre expertise en stratégie carbone nous permet d’intervenir auprès des collectivités publiques et des entreprises, dans des secteurs d’activités très variés. Climat Mundi emploie 9 personnes pour la plupart basées à Paris et dispose d’une antenne régionale à Nantes dont j’ai la responsabilité.

Comment se porte aujourd’hui le marché du bilan carbone ?

Dans un contexte économique tendu les agents économiques ont tendance à revoir leurs ambitions en matière de politique environnementale et de stratégie carbone. Le marché reste malgré tout assez stable. L’obligation faite aux entreprises de plus de 500 salariés de réaliser un diagnostic des émissions de gaz à effet de serre (issue de la loi Grenelle 2) nous permet de sensibiliser les dirigeants des entreprises aux enjeux économiques liés au bilan carbone.

Quels sont ces enjeux économiques liés au bilan carbone ?

Le bilan carbone est un diagnostic à l’issue duquel des plans d’action peuvent être élaborés  pour réduire les consommations énergétiques directes et indirectes générées par l’activité de l’entreprise. En réduisant leur empreinte carbone, les entreprises peuvent réduire de façon mécanique leurs consommations d’énergie (fioul, gaz, électricité) et de matière (papiers, équipements, immobiliers). Le bilan carbone est, entre autre, une opportunité de réduire les charges.

Pour réduire leur empreinte carbone, les entreprises peuvent aussi recourir aux crédits carbone, c'est-à-dire compenser leurs émissions de GES (Gaz à Effet de Serre), vous pouvez nous présenter ce mécanisme ?

Le principe de la compensation carbone est issu du protocole de Kyoto qui définit pour chaque Etat signataire[1] des objectifs de réduction en matière de GES. Pour atteindre ces objectifs, des quotas nationaux annuels ont été déterminés, et l’ensemble des sites industriels les plus polluants (émissifs) ont également été soumis à quotas. Les entreprises  françaises qui sont soumises à ces quotas peuvent soit recourir aux mécanismes de compensation carbone en faisant l’acquisition de crédits carbone qui se négocient sur le marché, soit échanger des quotas entre elles, soit financer pour elles-mêmes le développement de technologies plus propres (nouvelles installations énergétiques par ex.)

Mais concrètement, comment ces crédits carbones apparaissent-ils sur le marché ?

Les crédits carbone sont attribués à des porteurs de projets qui développent dans les pays en voie de développement des programmes tels que la construction de fermes éoliennes, d’installation de  géothermie où de capture de méthane. Ces projets contrôlés et certifiés par des organismes accrédités par les Nations Unies reçoivent en contre partie des réductions des émissions de CO2 qu’ils génèrent, des crédits carbone qu’ils peuvent vendre sur le marché. Le revenu de cette vente permet de rendre viable leur projet.

"Le bilan carbone est un diagnostic à l’issue duquel des plans d’action peuvent être élaborés  pour réduire les consommations énergétiques directes et indirectes générées par l’activité de l’entreprise."

Un exemple ?

Par exemple, une usine hydroélectrique évite l'émission de 30.000 t eqCO2 par an (parce qu'elle évite de brûler du charbon dans une centrale thermique pour fabriquer la même quantité de courant électrique). Le porteur de projet se voit attribuer 30.000 crédits carbone représentant chacun 1 tonne d'eqCO2 évitée. Ces crédits sont ensuite vendus sur le marché.

Et quel est le rôle de Climat Mundi dans ce dispositif ?

Climat Mundi est un intermédiaire entre les porteurs de projet et les entreprises qui souhaitent compenser volontairement leurs émissions (entreprises non soumises aux quotas, donc). Notre mission consiste à sélectionner pour nos clients les projets qui répondent à leurs attentes en matière d’implantation géographique, de technologie et de contraintes budgétaires. En fonction des projets, le coût de la tonne de C02 peut fortement varier. Dans tous les cas le projet retenu doit être cohérent avec l’esprit et les valeurs de l’entreprise.

La compensation carbone est elle le prolongement du bilan carbone ?

Il est bien évident qu’une entreprise qui s’engage sur un mécanisme de compensation carbone  doit avant tout réduire au maximum les émissions liées à son activité en optimisant ses déplacements, l’efficacité énergétique de ses bâtiments, ses consommations de matières, etc. La compensation carbone est, dans certains cas, l’aboutissement d’une stratégie qui permet d’atteindre la neutralité carbone en annulant théoriquement les émissions de GES  incompressibles, liées à l’activité d’une entreprise.

La compensation carbone est-elle accessible aux entreprises et particuliers non soumises aux quotas mais qui sensibles à la question du changement climatique ?

Absolument ! Pour répondre à la demande des particuliers et des entreprises, Climat Mundi a fait l’acquisition d’un stock de crédits carbone en sélectionnant et soutenant une dizaine de porteurs de projets. Ces crédits carbones peuvent-être acquis par tout à chacun sur notre site internet www.climatmundi.com. L’acquisition de crédits carbone se fait sur la base d’une évaluation des émissions de GES réalisée à partir d’un outil de diagnostic accessible gratuitement sur notre site. Le prix de la tonne de CO2 est fixé à 19 euros.

 


[1] La France s’est engagée par exemple à réduire d’ici 2020 ses émissions de 20% par rapport à ceux de 1990


blog comments powered by Disqus
 
mobile-website-templates | Hosted Exchange 2010